Lefa et célébrité, fusion assez compliquée |

Lefa et célébrité, fusion assez compliquée

0 Comment

DMNR ou Démineur, voilà le nom sous lequel se présente le nouveau projet musical du rappeur français Lefa. L’ancien membre de la Sexion d’assaut dévoilait son nouvel album le 2 Avril 2021. Ce projet, rencontre un succès aussi discret que les autres qui le précèdent.

Habitué du fait

Après son retour en 2016 avec son album Mr Fall, Lefa a eu un peu de mal à se remettre en selle, notamment en raison de l’évolution du monde de la musique. Un album aux sonorités mixtes annonçait alors un Lefa loin du registre du rap hardcore qu’on lui a toujours connu. L’album sera toutefois certifié disque d’or un mois après sa sortie. Peu de temps après, retour à la source pour Fall avec Visionnaire et 3 du mat, deux projets qui ramenaient un Lefa de l’époque de la Sexion, avec des punchlines assez piquantes. Son double projet Fame/Famous est déclaré disque d’or le 10 Août 2020. DMNR, un album surprise de 12 chansons bien travaillées, s’est écoulé à plus de 2742 exemplaires en une semaine, un démarrage assez correct pour un projet qui n’a pas été médiatisé.

Adepte de la discrétion ou malchance en carrière ?

Dans plus d’une chanson, Lefa estime qu’il préfère rester à l’abri d’une trop grande célébrité. Son statut de rappeur très technique et très talentueux dans l’écriture lui suffirait donc. Paradoxalement, dans d’autres chansons, l’artiste affirme que «les projecteurs sont capricieux» et qu’il attend son «tour avec impatience». Dans la même chanson, Spécial, en collaboration avec Dosseh, il précise qu’il fait de la musique pour le «bénef», autrement dit pour de l’argent, et qu’il n’est pas «un bénévole». On comprend alors très bien son petit coup de gueule, il est en effet difficile de s’imaginer qu’un artiste comme lui soit aussi sous-côté. Toutefois, en musique, c’est la célébrité qui rapporte l’argent, logiquement. Petite contradiction du rappeur, non ?

C’est incontestable, en matière de qualité de textes et de talent, Karim Fall est implacable. Le sénégalais d’origine a une magnifique plume, mais ses années de vacances loin du monde musical entre 2012 et 2015 ont joué un rôle déterminant dans le moulage du visage artistique qu’il présente aujourd’hui.